1.9.08

Rond, le ballon

À quelques heures de la rentrée scolaire (dont la pensée m'horripile, rapport à mon lourd passé de prof), voici que se pose un problème.

Que dis-je, un problème ? Un dilemme. On noeud gordien (au fait, c'est qui, ce Gordy ? Celui qui chantait "Dur, dur d'être un Dédé ?).

Zadig veut faire du foot.

Du foot.

Oh putain.

Oh, ce n'est pas mon côté rugby qui l'interdirait, même si je pense toujours que quinze cons de rugbymen dans un vestiaire sont toujours un peu moins cons que onze cons de footballeurs, que respecter un arbitre et ne pas faire de cinéma est la moindre des choses en sport co ;

ce n'est pas non plus mon histoire personnelle - je suis resté célèbre auprès de ma Môman pour avoir quitté tout seul le terrain au milieu de mon deuxième entraînement de foot en poussins, parce que, je cite, "ils étaient cons et méchants" ;

ce n'est probablement pas le fait que cela signifie des transbahutations les mercredis et les samedis, des ouikend bloqués pour une heure de match à se geler les noix sur un terrain de campagne en compagnie de papas prenant leur dernier pour un futur Zidane (et bien décidés à imposer cette vue autour d'eux) ;

et ne croyons pas non plus que c'est parce que le foot a toujours été une affaire de famille du côté de la maman de mes affreux, tandis que c'était le contresport par excellence dans mon milieu à moi (ce qui signifierait que mon adoré mon angelot mon tout rond tout drôle se mettrait à pencher davantage vers eux que vers nous) ;

est-ce alors m'imaginer mon bébé, mon gros bébé, mon sourieur, mon câlin, devenir comme ces petits durs qui s'imaginent que Frank Ribery est l'incarnation de l'intelligence, de la classe et de la réussite, et dont le vocabulaire (y compris gestuel) me paraît d'une vulgarité incroyable ?

Est-ce me dire qu'il grandit, ce petit con, et que je vais devoir accepter ses volontés - lui qu'un papa artisssss, incapable de lui fournir la stabilité dont il rêvait peut-être, cherche toujours à combler ?

Bin, comme d'hab : un peu de tout ça et sans doute d'autres choses.

M'enfin, merde, du foot...

Pendant ce temps, Anton, mon secret, mon durtendre, mon fermé aux mains bouillantes, continuera le cirque - et je vois grandir petit à petit sa grâce mystérieuse, la pureté de sa violence et de ses gestes.

Et demain je courrai pour les entrevoir à la porte de l'école (leur tête tourne bizarre pour ne pas nous voir Maman et Papa ensemble côte à côté, pour effacer l'épaisseur de la colère et du ressentiment entre nous), j'aurai un goût de feuille ocre dans la bouche - et comme depuis la toute première fois (Anton et Zadig sur un manège à cesser de nous regarder) je me sentirai mourir une fois de plus. Tout doucement.

Et je me dirai que peut-être, mais qu'il faut aussi que cela soit.




Sinon, si un quelconque lecteur de ces lignes (quelconque ? mais personne n'est quelconque, ici) a une idée pour m'éviter la corvée du foot, please, écrivez...

6 commentaires:

Marie Mélisou a dit…

On change de look pour la rentrée ? Si c'est pour éviter la coupe (de rentrée) chez le coiffeur, je comprends ;p)
Aucune solution pour le ballon rond, tu veux que je l'emmène au tango ?
Sourire...
Bisous
Marie

ps : zavez pas besoin d'un percu ? j'en ai un sous la main qui cherche un groupe...

Manu Causse - Plisson a dit…

On a toujours besoin d'un percu ! Surtout s'il joue un peu de guitare et de basse en même temps, et qu'il sait se servir d'une batterie.

Pour la coupe de rentrée, tu as deviné : j'ai à présent les cheveux longs.
J'envisage le catogan, ne serait-ce que pour pouvoir dire "Je suis peut-être chauve, mais j'ai une queue de cheval" (merci Gomez pour cette blague dont je ne me lasse pas).

Bise Marie et bonne rentrée à tous, au fait (c'est quoi je voulais dire dans le post, mais j'ai oublié en cours de route...)

Olivier a dit…

Ben, essaye cet argument (entendu ce matin à la radio) : sur les 900.000 blessures générées par les sports amateurs en France chaque année, pour 25 % c'est dans le foot que ça se passe.
Bon, c'est un peu réactionnaire, comme argument, mais après tout, dans le monde du risque zéro, hein, quoi de pire que les blessures. Pourquoi tu déploierais pas ton parapluie, toi non-plus ?
Sinon... ben c'est comme ça, qu'est-ce que tu veux y faire. Dis-toi qu'avec le foot aussi, y'a quelques valeurs à apprendre.
Chuis un peu déstabilisé par ton nouveau look, mais c'est la saison qui veut ça. Pas tant la couleur jaunie (encore que le style vieillot, c'est décalé), mais la colonne qui est passée de droite à gauche. Laisse moi un peu de temps pour m'habituer.

Manu Causse - Plisson a dit…

Espace un peu restreint (enfin, entre les titres et tout ça) et colonne à gauche. Si j'avais le courage, je me plongerai dans le code du modèle, mais bon, ça dépasse sans doute mes capacités. Et puis aussi j'avais d'abord un fond marronnasse sur les marges, mais il semblerait qu'il soit blanc maitenant... Ne t'habitue pas trop : c'est sans doute temporaire, j'ai envie de m'offrir un webmaster. Comme celui qui fait le site d'Emmanuelle Urien, par exemple (c'est une bête).

Anonyme a dit…

Le volley!

Voilà !!!!

Ou lui dire que le programme de l'école est tellement lourd cette année qu'il devrait profiter de son temps libre pour faire des blagues à son père.

Quoique le foot s'en est peut-être une?

YRF.

Snödroppe a dit…

Faut juste lui trouver une équipe de petits poussins "cons et méchants"!...

[arrivée par ici en passant chez "la footballeuse" Wrath ;-)
Partage avec vous une certaine préférence pour le ballon ovale et ceux qui s'en servent]