20.12.07

L'art est-il une forme de folie ?

Tiens, ça fait question du bac, comme titre...

Hier soir, répét-happening avec LoFi. Les choses qui se précisent. L'impression d'avoir fait-dit, enfin, ce que j'avais à faire-dire.

Et une Princesse toute retournée par ce moment un peu effrayant. Du silence et de la colère entre nous - c'est rare, mais cela arrive, bien sûr. Être amoureux est un sport à hauts risques.

Thus began the morning, full of fears and certainties
Old-fashioned doubts, and lies, and mourning,
Thus began the world that I wanted to be mine,
In anger, in cold - but it was like
Being born again.


Et maintenant, comme dit la chanson, que vais-je faire ?


Sinon, moi qui n'ai pas de compteur pour ce blog, j'ai enfin réussi à savoir combien j'ai de lecteurs : les 5 qui ont commenté le post précédent.

C'est bien, 5 ?

4 commentaires:

Simone a dit…

6 !
C'était quoi le happening ?
Etre amoureux, c'est pas plutôt un risque qu'un sport ?

Manu Causse-Plisson a dit…

Bin comment ça un risque ? Ca finit toujours pareil : avec Bobonne qui rentre quand Le Prince Charmant rentre bourré d'une soirée entre potes...
Oups, non, je n'ai pas dit ça. Le romantisme est mon fond de commerce (et réciproquement, dirait Môrice Zerfaty), hors de question que je me permette ce genre de blague...
quant au happening, mooooootus ! (je me permets un point d'exlamation parce c'est bientôt Noël) : c'est la surprise que je prépare avec LoFi, pour vous 6 et quelques autres.
Non, 6, franchement, c'est bien. Une fois, un blogueur rencontré m'a lancé un suffisant : "tu devrais me lire, j'ai une fréquantation de 600 par jour et Machinmonpote de 4000". Je suis passé sur les blogs du blogueur et de Machinsonpote, et il y avait plein de commentaires type "Oué C trop Vré ske tu dis" ou "cool".
Pffffuit, ai-je sifflé en mon forain rieur : mieux vaut 6 beaux commentaires que 8000 sms... Mes commentateurs à moi sont d'une rare qualité, voilà tout.

Note, ça ne m'a pas empêché d'être jaloux.

Parfois je m'inquiète (ou on s'inquiète pour moi) du peu d'essor que prend ce blog (et que bien sûr, à cause du compteur que je n'ai toujours pas installé, je mesure uniquement en termes de commentaires), ma carrière ou ma renommée artistique.
Mais c'est de plus en plus rare : vivre auprès de Princesse me donne une confiance étrange et délicieuse, tout comme le fait être édité par de petites maisons qui appellent le matin pour me dire qu'ils s'amusent bien avec ce que je fais, pour me demander mon avis, me proposer des tafs, me faire partage leurs petites inquiétudes de futurs grands éditeurs dans un secteur fortement soumis, ma pauvre dame, à la sévère concurrence et à la loi impitoyable des marchés d'un univers en tous points sarkozyste (et ça oui c'est de la putain de phrase où je ne m'y connais pas).

Et, amis lecteurs (allez, cette fois je me lâche, je mets un "s"), votre présence intermittente réchauffe aussi mon petit coeur, dont les bouilllonnements se traduisent par une jolie coloration pourpre sur ma couperose naissante

/oh!91, si tu lis ces mots, sache qu'il existe quelques photos de moi avec barbe, prises au moment où un jeune insolent m'ayant défié, je lui ai démontré sur-le-champ que oui, on pouvait vivre avec un collier type Robert Hue (et que non, le ridicule ne tue pas). Malheureusement, des photos de ce genre ayant déjà été publiées ici même il y a (à peine) moins d'un an, et la maison ne faisant jamais dans le recyclage en matière de promotion, je ne peux afficher les novueaux clichés dans ces colonnes (d'autant plus que, suite à quelques substances plus ou moins licites absorbées pendant l'opération, mon visage y a la couleur évoquée ci-dessus).

Ayé, vous aussi vous êtes perdus dans mes phrases ?
Bon alors attends, amoureux, commentaire, happening et teasing de surprise, j'ai tout mis ? Ah non, je n'ai pas parlé cul, c'est dommage, ça fait du chiffre... Et puis j'ai oublié de raconter comment aujourd'hui, j'ai passé une journée délicieusement bizarre, avec mon corps qui suivait ma pensée à quelques pas de distance. D'habitude, ça me déprime, ce genre de sensations, mais aujourd'hui j'ai bien aimé, allez savoir pourquoi...
Sinon, j'aurais bien envie de me faire plaindre, pourquoi pas ? Princesse s'éloigne de moi, parle de "se forger une carapace" (remarque, quand j'étais petiot, mon doudou préféré était une tortue en velours), me regarde avec dans les yeux des mots qu'elle ne dit pas.
Moi, je dis parfait. Je l'aime libre, entière, comme elle ne se connaît peut-être pas encore. Quant à ce qu'elle tait, même si ça m'inquiète, ils sont sans danger : je suppose qu'elle se senitra mieux dès qu'elle les confiera. A qui que ce soit.
Pour ma part, j'essaie simplement de vivre dans une proximité relative avec elle, et de cesser de mettre mes mots dans sa bouche (rien d'obscène là-dessous, juste ma tendance à lui imposer mes idées de mec...).

Nous lisons en ce moment "Bienheureuse infidélité" de Paule Salomon, et, comme diraient des commentateurs de moins bonne tenue que ceux de ce blog, "ça déchire sa race sévère ".


Et sinon, encore un truc : après le Canabols, la méditation et le rêve éveillé, j'ai trouvé un nouveau truc pour faire des bulles dans le cerveau. Ca s'appelle le Mind Mapping, j'ai trouvé ça en parcourant un bouquin de chez Eyrolles, et ça consiste grosso modo à prendre des notes avec des formes et des couleurs ; les effets sur la pensation sont assez étonnants. Je vous montrerais ce que ça donne, à l'occasion.

Sinon, vous... ah non merde, je ne peux pas finir comme ça, je ne suis pas sur un post.

Oh!91 a dit…

Oué C trop cool ske tu dis...

Ben non, c'est pour rire...!
En fait, j'ai failli pas te lire cette fois. C'aurait été dommage. Cette simplicité du verbe, cette belle personnalité qu'on lit dans tes mots, même là dissimulée dans un com. Même quand c'est long. Même quand c'est court. Même quand c'est triste. Ce même clin d'oeil à chaque passage.

Oué ta tro l'air d'1 mek bien avec ske tékri.

Merci pour l'info sur la barbe.En fait, j'aime mieux sans, là, comme tu te montres dans le coin en haut à droite. La barbe en photo, surtout à la Robert Hue, ça doit être un tout petit peu bizare.

Merci, continue donc tant que t'y prends du plaisir. Et joyeux Noël.

Tiens, je sais même plus comment je suis tombé sur ton blog la première fois. En tout cas j'ai d'emblée eu envie d'y revenir. Il est plus mieux chouette que beaucoup de ceux à 600 visiteurs.

Zoridae a dit…

Je passe pour la première fois, grâce à http://entre2eaux.hautetfort.com/ qui parle de toi et j'aime beaucoup ta façon d'écrire... Pour te rassurer, moi qui ait un compteur, le nombre de commentaire est complêtement indépendant du nombre de lecteurs... A mon avis tu en as beaucoup plus !