28.9.09

741 - S'agirait quand même...


... de cesser de geindre-philosopher sur ma situation de futur-ex fonctionnaire et de rêvasser des romans ainsi que de mettre un bémol sur la maquette musicale en cours, pour s'occuper un peu d'auto-promo, bordel !

Côté théâtre, c'est à partir de mercredi que la Cie À la fin de l'Envoi reprend Tonton Maurice est toujours mort au Théâtre de poche (quartier Bonnefoy, à Toulouse, where else ?) ; c'est l'occasion de la voir pour ceux qui ne l'ont pas vue, et, pour les autres, de découvrir une nouvelle comédienne dans le rôle de la petite soeur bécasse...

J'y serai ; si vous y êtes, on se verra.

Et puis je ne résiste pas à partager la bonne nouvelle du jour : London Calling, roman bilingue, paraîtra en juin 2010 aux éditions Talents Hauts - a priori en collection lycéens/adultes.

Sympa, non ? Si ça vous dit, on en parle ce ouikend au salon du livre de Gaillac, où il y aura des lectures (malgré la présence probable et remuante de mes chers petits monstres) et tout plein d'auteurs qui signent...

Bin alors à bientôt, hein ?


PS : devant tant d'autosatisfaction décomplexée, mon côté autocritique se révolte tout de même un peu ; alors pour ne pas parler que de mouamouamoua, je vous mets aussi un lien vers Le Clou dans la planche, site toulousain de commentaires théâtraux éclairés - ici, pour une mise en scène de Jean-Paul Bibé de la Cie Fugues sur des textes de Ribes, Dubillard, etc. Oui, oui, c'est passé, mais j'y étais et c'était bien, alors voilà.

PPS : Rhaaa oui, mais ça ne concerne que les toulousains, au fond... et il n'est pas totalement impossible que des personnes vivant ailleurs lisent ce blog... vivivivivi... du coup, c'est l'occasion d'annoncer aux habitants de l'autre capitale qu'ils vont recevoir d'ici peu la visite du duo de choc du théâtre toulousain (qui cherche un appart, d'ailleurs, contactez-moi si jamais vous) : Cédric Chapuis et la belle Mira envahissent Paris, avec en particulier 4 mois de représentation pour Une vie sur mesure, de et avec ledit Cédric. Même que ça, faudra pas le rater.

1 commentaire:

Frédérique a dit…

Alors félicitations ! ça se fête (si Françoise me lit elle va encore nous parler de ratafia).