12.2.10

831 - Et le vendredi, c'est...


A jongler entre les indiens, français et américains, pour traduire au choix du narcissique, de l'architecture religieuse sibérienne ou du véhicule spécialisé (mais dans quoi, je l'ignore), la semaine est passée très vite, ponctuée de marathons de trad et d'absence de jeudi ; heureusement, tout ceci est derrière et nous revoilà, frais comme des lardons, au Friday wear, avec sa fameuse

1) Blague de la semaine
Offerte par une gentille lectrice...
Nouvelle sur le front des ex-people : l'animatrice Dorothée aurait eu le nez brûlé dans un accident.
Elle avait tenté de tailler une pipe au Capitaine Flam.

2) J'sais pas, j'fais pas philo
Est-ce que le rire est-il l'ennemi de la pensée ?

3) BHL, Botul, Sarko et les autres
Ce n'est pas parce qu'on parle d'une chose qu'elle existe - les mots, je crois, n'ont pas ce pouvoir. Personne ne semble penser que les gaffes d'untel, vaguement philosophe, sont voulues et recherchées pour que son nom, en bien ou en mal, soit associé à l'actualité.
Comme si le rouge-gorge qui, à ma fenêtre, picore des miettes sous la neige, en avait quoi que ce soit à cirer.


2 commentaires:

zoé lucider a dit…

Salut mon Manu. J't'avais perdu de vue (ma liste de blog siphonnée par la Machine). Tu t'en étais pas aperçu ? Ah! c'est aimable. Pfff
Bon j'ai pas tout lu.Mais le rire ennemi de la pensée, ça, je ne peux laisser dire. Plutôt l'inverse oui.
Et aussi,juste t'encourager pour la cigarette. j'ai arrêté depuis deux ans, sans trop de mal tout compte fait. Et maintenant, je me demande comment j'ai fait pour pomper toute cette fumée, tous les jours de ma vie. Plus inutile que ça tu m... Ouais bon je dis ça, j'ai rien dit.

Manu Causse a dit…

C'est vrai, à la fin, le yéti, ça existe ?
Coucou Zoé ; non, je n'avais pas vu que tu m'avais perdu de vue - je ne vois les visiteurs que par leurs commentaires, et lis les blogs amis de façon aléatoire et compulsive.
Pour la cigarette, au risque de révéler une nouvelle méthode révolutionnaire, je te dirais que penser "je ne fume plus" au lieu de "j'arrête de fumer" a très bien fonctionné. Une évidence, un état, plutôt qu'un processus.
Pour le rire et la pensée... je pensais à la pensée qui perce les tripes du réel, à la pensée critique, parfois salutaire ; et au rire de la moquerie, de la dérision, au rire qui rabaisse. Mon cher Robertson Davies écrit quelque part que l'humour peut être diabolique, destructeur. Donc la question du rapport du rire et de la pensée reste d'importance - mais je ne sais comment la penser.

Ouala ouala - des bises