27.10.11

992 - Le lendemain du jour où

Un bout de canal

5. Un peu plus tard, dans la journée...

Et voilà que ma toute-douce ourse Marie Lamarche achève de réaliser ce site qui présente mes graphiqueries... Quelle belle journée, tiens. Qui commençait comme suit :




1. En direct du mal de tête

C'est par ses effets que je saisis ma joie, moi qui parfois m'éloigne de mes sentiments.

Ainsi, le passage matinal par la pharmacie du coin de la rue pour quelques plaquettes de paracétamol avait pour but de lutter contre le mal de crâne résultant de l'ingestion de champagne acheté par ma tendre et douce pour fêter la réponse positive d'une éditrice concernant L'eau des rêves.

C'est dire s'il reste du chemin - toutefois, oui, je suis heureux. Au fond.

2. Du bas de mon ventre aux exoplanètes

Cette nuit, sous l'influence de belles conversations et rencontres, et après quelques tempêtes, un chemin s'est rouvert de mon corps à son coeur, ou l'inverse ; la peur est là, palpite dans nos poitrines - et alors ? C'est la vie.

3. Dé-finir

J'entends le monde à la radio ; on austère, on rigueure, on réduit - on met en scène, on plan de campagne. Nous décroissons. Après tout, c'est peut-être une belle idée, décroître - accepter notre sort périssable ; adoucir les derniers milliards d'années de notre univers, quitte à attendre les prochains.

4. Quand même des vrais trucs à dire ?

Tiens, je fais une pause aujourd'hui de l'Image, ce cliché textuel quasiquotidien. Sais-tu ? J'aimerais bien que les quelques 250 abonnés invitent quelques copains, histoire de faire tache d'.
Et aussi, j'aimerais voir le sourire renaître sous le bouc de notre éditeur de D'un Noir Si Bleu - il ne sourit pas à moins de 15000 exemplaires.
Et aussi, j'aimerais que ce truc dans le ventre de mon père s'arrête très vite. Et aussi continuer à aimer, transparent et foutraque.
Et aussi que l'automne arabe soit aussi beau que le printemps. Et aussi qu'on avance dans cette histoire d'Europe, d'écologie, de paix, de droits de l'Homme - et de la femme, tant qu'on y est
(et j'aimerais, mais c'est moins important, comprendre la pub que j'ai entendue sur France Info, avec des coussins, des employés et le ministère du Travail - une blague ?).

P'tain, je le savais : la gueule de bois, ça me fait toujours limite prier.

2 commentaires:

LN a dit…

Ton éditeur, tu peux toujours lui dire que j'ai ADORE le recueil de nouvelles sur le thème du noir et du bleu qui était offert avec vos œuvres.

zoé lucider a dit…

lébolesitedidonc!
C'est bien les chemins qui se faufilent d'un bout à l'autre de notre carcasse.