11.8.09

725 - MArdi, je te raconte

C'était comme une boule.
Non, comme une pointe de flèche.

C'était orange. Non. Jaune. Non, rouge. Non, bleu.

Ca dansait entre les doigts d'Esag, dégageant une douce chaleur.
Rahoul approcha la main - et la retira immédiatement. La chose l'avait mordu.

- Mais Papa, c'est quoi ?
- Comment veux-tu que je le sache ? J'ai trouvé ça il y a longtemps, dans la forêt. C'est très beau, non ?
- Très beau. Mais ça mord.
- Voilà. C'est bien pour ça que je ne te l'ai jamais montré avant. D'ailleurs, je ne sais même pas comment ça s'appelle.
- Feuuuuu... moi non plus souffla Rahoul.
Et l'instant d'après il sut qu'il avait trouvé le nom pour cette chose.

- Mais avec ça, mon papa, on peut faire ce qu'on veut, non ?
- Théoriquement, mon Rahouloulet. Théoriquement, on peut. D'un autre côté... quand je t'ai dit que j'avais trouvé cette chose dans la forêt, il faut que je précise : je l'ai trouvée à côté d'un arbre qui avait... je ne sais pas comment te dire. Il était noir, sans vie, défait. Il ne ressemblait plus à un arbre. Il était totalement désarbré.

Rahoul réfléchit un moment.
- C'est super, ton truc. Tu me montres quelque chose que tu as inventé, et tu me dis ensuite qu'on ne peut pas s'en servir ? Bin on n'a pas fini de rigoler...
- C'est un peu le problème avec ce que je sais. Je ne sais pas toujours comment m'en servir. Je vois les dangers. Les problèmes. Peut-être que tu aurais envie d'explorer ces choses, mais moi, mes poils de tête se font rares, et je me demande si ce ne serait pas une erreur de t'y entraîner à ton tour.
- Encore une fois, c'est toi qui décides ?
- Je ne sais pas faire autrement, répondit Esag avec fatalisme.
- Et tu en as d'autres, des non-inventions que tu gardes par-devers toi ? demanda Rahoul en colère.
- Peut-être. Peut-être pas. Si on redescendait en parler sur la terre ferme ?

Pendant ce temps-là, dans les branches, la pléïstéchione grimpait toujours.




(ni images ni liens pour cette édition de l'été, pour cause de salade de tomates qui nous attend sur la table, de soleil sur l'Aveyron et de questions diverses et variées...)

3 commentaires:

Dahu l'Arthropode a dit…

Je propose que chaque lecteur t'envoie un lien choisi pour un mot, et que tu intègre au fur et à mesure. Je choisi "fatalisme", illustré par
Moussa le taximan 1 : le dragueur fataliste - Ma-Tvideo France2

Manu Causse a dit…

Bonne idée, ça. Et il me faudrait une illustration, aussi...

zoé lucider a dit…

Oh là là, quelle flemme, mais quelle flemme sur les blogs! On est tous dispersés entre salades de tomates, brasoucates de moules ( à l'oreille, hein, pas sûre de l'ortograf),chant des grillons (ici à cette heure) et autres festivités d'été. Bon été Manu