7.9.12

1015 - Traînard

-1 Backlog

Pas trouvé de
Maaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaais ! Voilà que je ne donne plus de nouvelles, que je n'indique pas les critiques sur L'eau des rêves, Lauzerte qui arrive (avec, si vous êtes par là, les CD enfin de Voix/Nouvelles), Roméo@Juliette recommandé par ma vieille copine l'éducation nationale, la résidence mouvementée et géniale pour En attendant Daniel, la rentrée, et plein d'autres trucs... Et tout ça à cause de quoi ? A cause des petits p... qui suivent, qui traînent dans mon blogger depuis quelques jours. Que j'hésitais à. Que je retravaillerai peut-être. Qu'il me faisait envie de.

Sinon, toi, ça ?




0. Ars poetica

Richard Brautigan croise
Jacques Prévert dans une rue de Lisbonne
Et lui assène une retentissante
Gifle américaine.
Mais Prévert sourit et lui offre
Un doigt de vermouth dans un verre en cristal.
Pendant ce temps, un climatiseur bruyant
A la terrasse d'un hôtel trempe les fesses
De mon dernier short en jean.

1. Pensée nocturne

Je partageais la chambre avec ma soeur -deux lits, douze mètres carrés.
Puis nous avons déménagé - deux lits, quinze mètres carrés.
Plus tard, nous avons eu chacun notre chambre - un lit, dix mètres carrés.
Et mes parents ont transformé le grenier en 1987 - un lit, trente mètres carrés.
Dans ma chambre d'étudiant - un lit, un bureau, douze mètres carrés - est venue habiter une femme ;
Quelques jours plus tard, nous avons construit une maison - un grand lit, onze mètres carrés (et des chambres d'enfants et des chambres d'amis).
Aujourd'hui notre chambre mesure à peine huit mètres carrés, et le lit grince.

Je me demande si je gâche ma vie - mais la déco est réussie.


2. Existentialisme

Le matin j'achetais des choses
que je regardais l'après-midi
avant de nettoyer la maison.
Puis je faisais une sieste.
Je n'étais pas bien - mais j'étais.

3. Désir

Chaque fois que je m'approche de toi
Mon nez devient mon sexe
Et ma poitrine rêve de se coller à toi.

Il vaudrait mieux ne pas en parler à ma femme.

4. Le courage est une notion complexe

Si j'envoyais un explorateur dans 
la jungle de mon ventre
Je crois bien qu'il ramènerait
Un monstre des profondeurs sans orbites
A la gueule carnassière et aux mains de couteau.

Je préfère habiter sans histoire dans le grenier de ma tête.

5. Analyse

Voilà que mon psy m'invite
A un groupe de parole
Où l'on rencontre l'autre en s'apprenant soi-même,
en s'apprivoisant. Diversité et différence, acceptation, thérapie.
C'est tentant, mais par malchance,
ce soir-là,
j'ai rugby.

6. Glove Compartment

We all are all alone
With no god left
In the trunk
And the drivers themselves
Never care to look at the road
Or even touch the wheel because
There's nowhere else to go.

(Did I forget to check the presence
of my driver's license in my wallet ?)

7. Diagoras

Salut, aéroport d'Athènes!
Tu ressembles à
Une course de chevaux de bois
Où des roulettes oranges piétinent
en attendant
le moment du départ

Tandis que dehors une déesse
Epaules dorées dans le vent
Finit un sandwich grec dont les miettes
Tentent d'aller jusqu'à la mer.

8. Rêvé

Alors j'ai dit à mon père "nous devrons tous quitter le bal
à un moment ou un autre,
alors, pourquoi ne pas profiter
de la splendeur des dernières danses
et sourire à l'orchestre
et à la femme dans tes bras ?" 

9. Enfants

Ce matin planté sur le bitume 
au coin de la boulangerie
je vous ai regardés
courir après le bus
petits points blanc et noir agités du cartable ;
la main de mon coeur je crois
se posait sur vos épaules
ce tentacule sorti de mon plexus solaire (le jour de votre naissance, peut-être même avant)
et par bonheur jamais coupé.

Cela dit, s'il pue l'angoisse, je peux toujours le remballer - 
La boulangère ne dira rien, tant que je lui achète
chaque matin une baguette.

5 commentaires:

macha seruoff a dit…

aaaaaaaaaaaaah ! manu le retour ! bah ça manquait hein. c'est pas que mais bon.

bonne rentrée litt... oups. bon lauzerte. bon tout.

sinon oui ça va. passe nous voir au 4 rue d'.

macha (olympe, maryan dorment encore mais se joignent à moi pour te)

Manu a dit…

Merci Macha,
et toi, lecteur de commentaire,
profites-en si tu veux pour aller jeter un oeil à ce foisonnant blog, http://www.au4ruedepouffe.fr/ - que je mets dans mes favoris dès que j'ai cinq minutes pour changer le bouzin...

(ah tiens, il faut que je prouve que je ne suis pas un robot pour commenter ; depuis Blade Runner, ça reste un moment d'angoisse existentielle).

Anonyme a dit…

Very very very nice mister M.
LN.

lucie a dit…

1), 3) et 4) raisonnent en moi.

zoé lucider a dit…

Ben oui ça va mais enfin quoi...