10.6.14

1083 - Ce n'est pas parce que le blog est mort qu'il faut l'utiliser à des fins purement promotionnelles

1. Et toutefois,

Tu me rencontreras jeudi 12 à Pau, à partir de 18h, à la librairie l'Escampette, signant avec Emmanuelle Urien et conjointement au grand Chrysostome Gourio les novellas piquantes de la collection Quelqu'un m'a dit...


(non, je n'ai pas l'adresse de la librairie Escampette, tu vas me faire le plaisir de la chercher toi-même bon sang)


2. Un tel programme de réjouissances

fait qu'après la gentille critique de Marianne et une chouette mise en place chez des libraires que j'aime, je parlerai vendredi à 15h de


dans la radio - pour l'émission Page à page de notre chère Claire Ambill, sur Occitanie.



3. Et pour changer un peu des livres,

Tu trouveras en cliquant sur cette image sur les prochaines représentations de l'increvable Tonton Maurice, du 19 au 26 juin au théâtre de Poche, dans mon cher quartier de Bonnefoy à Toulouse.



4. Ça fait un bon programme, pour un mois de Juin, non ?

Mais bien entendu, je ne te parle pas du stage de scénario, du roman qui se déroule, des bourses d'écriture, d'une 2CV qui change de couleur, des rêves où mon père, de l'harmonie légère, bref, de toutes ces petites choses qui, je crois que j'ai fini par le comprendre, figurent mieux dans les livres et les histoires que dans les carottages émotionnels en ligne.


5. Mais ça manque quand même d'un poème.

(mais un poème, c'est attendre, de toute façon)

Ah, voilà. Rapport à ce que je suis allé le chercher loin, du côté de facebook et du Danemark (je crois), vu que je n'avais rien sous la main et que ça fait quelques temps que je me régale des "Spontaneous non-haikus" et autres formes courtes du poète international Sébastien Doubinsky. Du coup, avec son autorisation, voici un de ses poèmes statutaires,

this poem is proud to be gay
not proud proud as to play the trumpet
and dance outside naked in the rain
but proud enough to tell that other poem
that it's beautiful no matter what other people say


6. Oh et puis tiens, pourquoi ne pas traduire un poète vivant, pour une fois - même s'il traduirait sans doute mieux que moi ?

Ce poème est fier d'être gay
Pas fier fier au point de jouer de la trompette
Et de danser nu sous la pluie
Mais assez fier pour dire à cet autre poème
Qu'il est beau, quoi qu'en disent les gens


1 commentaire:

estèf a dit…

Même s'il est mort et que c'est comme ça, parce je n'ai pas la librairie qu'il faut, que je ne commande plus les livres par correspondance et que je ne suis jamais au bon moment à Toulouse ou à Pau, lire tes traces reste bien.